F5STQ 01   

Nom : VATIN SOULIER
Prénom : Jacques
Indicatif(s) : F5STQ

• Date de naissance : 20 / 07 / 1948
• Lieu de naissance : Vaulnaveys le haut
• Tes études : Primaire (Drôme, Isère), secondaire à Grenoble (lycée Lesdiguières), puis CET Guynemer avec un CAP d’électricien d’équipement.

• Ton parcours pro : 
En 1967, je rentre à la CSF (St Egrève) comme OS, aux services généraux, un an plus tard, je fis mes débuts dans l’imagerie, aux tubes couleurs à écran plat. Les années 70 furent consacrées à la métrologie avec un certain Pierre Négeon F2AY. En 76, la qualité m’appelle aux capteurs CCD pour la mise en place des process de qualification. Septembre 84, j’intègre le service application, Circuits imprimés, maquettes et câblages deviennent mon quotidien. En 88, suite au regroupement de 2 entités, je suis muté au laboratoire d’application R&D que je quitterais en juillet 2008 pour une tout autre activité nommée retraite. Durant ces périodes j’ai suivi des cours du soir et formations dédiées pour finir cadre technique pour les 10 dernières années.

 • Comment es-tu venu à la radio ?
C’est sur les traces de mon père que j’ai découvert la radio, j’avais 15 ans, il montait un poste des cours Eurelec, de là à prendre le fer à souder, le pas fut vite franchi. Le livre d’AISGERG « la radio, mais c’est très simple » n’étant pas loin. En entrant à la Thomson, il y avait un grand bâtiment auquel jouxtait un pylône. Très vite voulant satisfaire ma curiosité, je me présente devant le local et voit des personnes parlant devant un micro dans un jargon qui m’était inconnu. L’une de ces personnes était F2AY, qui était également à l’époque mon supérieur hiérarchique. En peu de temps, je passais la licence en tant qu’opérateur supplémentaire du radio club F2OG. Ce n’est que dix ans après que demandais mon indicatif, F5STQ.
F5STQ 08

• Quelques grands évènements de ton parcours de RA ?
Ce que je retiens, c’est les premiers contest, il fallait faire le contrôle par des tableaux croisés sur des formats A1 et valider très vite. Quelques points hauts historiques : le plateau de la molière, le col du Banchet, et le Puy de Sancy avec le RAB (radio amateur du Beaujolais). J’ai dû arriver à FF1OJJ en 1992/93, très vite je me suis impliqué et participé aux différents évènements. Suite au décès de F1ODS, j’ai pris la responsabilité du RC F6KJJ, à l’époque il fallait avoir une licence complète. En 2000 je suis élu président d’ISERAMAT. C’est dans cette période que nous avons connus de très grand ISERAMAT avec plus de 1000 entrées. 

• Quelques anecdotes ?
En 1975, pendant le contest du Puy de Sancy, environ ½ tonne de matériel montée sur plateau du téléphérique puis 3 à 400 m à pied. Une nuit sympathique avec neige et 150 moutons autours des tentes. Une première en 1985, en compagnie de F1ANG (figure RA de Fontaine), réalisation de TVA en portable depuis le plateau du Sornin, transmission en N&B avec du matériel monté sur rack 19 pouces et caméra vidicon. En 90 et 91 les salons dans les bâtiments de la MJC (non modernisés) sur trois étages, très physiques pour tous.
Je n’oublie pas les trois contacts avec ISS, école de patience et persévérance.

 F5STQ 04
 F5STQ 05  

• Comment vois-tu aujourd’hui le radio amateurisme ?
La technologie est en évolution constante, c’est une opportunité pour continuer l’expérimentation et s’adapter aux outils.

• Tes projets dans la radio ?
Mon principal projet, étant communiquant, est de proposer par le biais du radio club au membres, indicativés ou non d’accéder à une expérience que l’on ne peut faire seul.

• Comment expliques-tu à des non-initiés ce qu’est le radio amateurisme 
J’ai une phrase magique : L’intégrale la plus puissante ne saurait se passer de la pince coupante, sachant que la théorie la plus élaborée, ne saurait remplacer la réalité la plus bancale.
En clair, suis-nous, nous pouvons te montrer.

• Un petit mot pour des jeunes qui serait intéressés par la radio ?
A l’école, tu apprends, avec nous aussi mais tu peux et même tu dois toucher.

 F5STQ 06

Coupe du REF SSB 2014

F5STQ 07

Interview de Télé Grenoble après le contact avec l'ISS - 3 mars 2015